Tétanos (Tétanos)

Dans les années 1920 et 1930, au Canada, on dénombrait jusqu’à 50 décès par an dus au tétanos. Grâce à la vaccination, le nombre de décès et de maladies graves a diminué de façon spectaculaire. Entre 1980 et 2004, le Canada n’a recensé que quatre cas par an en moyenne. Le dernier décès causé par le tétanos à avoir été signalé est survenu en 1997.

Qu’est-ce que le tétanos?

Le tétanos est une maladie transmise par une bactérie qui touche le système nerveux, en affectant les nerfs qui contrôlent les muscles. Les premiers muscles touchés sont ceux de la mâchoire, qui deviennent rigides et se contractent.

Comment se transmet-il?

La bactérie responsable du tétanos vit dans le sol, la poussière et la terre, y compris dans les jardins et les terrains de jeux. Elle peut pénétrer dans le corps par une lésion de la peau, qui peut être une petite plaie bénigne ne nécessitant aucun traitement en temps normal. Une conception erronée très répandue veut que le tétanos vive dans la rouille, d’où l’idée qu’on puisse l’attraper en posant le pied sur un clou rouillé. Les clous rouillés se trouvent souvent à l’extérieur et peuvent très bien être contaminés par la bactérie du tétanos, mais ce n’est pas la rouille en elle-même qui provoque le tétanos.

Signes et symptômes

Le premier symptôme du tétanos est une raideur qui s’étend progressivement à tout le corps, en commençant par la mâchoire, le cou, puis l’abdomen. La maladie est extrêmement douloureuse et peut affecter la respiration et la déglutition. Les symptômes peuvent apparaître de quelques jours à plusieurs mois suivant l’exposition à la bactérie. En l’absence de traitement, l’infection par le tétanos peut entraîner des convulsions et la mort.

Comment s’en protéger?

La seule véritable protection contre le tétanos est la vaccination. Le vaccin contre le tétanos est inclus dans un vaccin combiné appelé DCaT pour les jeunes enfants, et dcaT et Td pour les enfants plus âgés et les adultes.

Le vaccin contre le tétanos n’est jamais administré seul. Partout dans le monde, il est combiné à d’autres substances offrant une protection contre d’autres maladies, lesquelles sont administrées en une seule injection.

Au Yukon, le vaccin contre le tétanos fait partie du vaccin combiné DCaT-HB-VPI-Hib, administré en une seule injection, qui protège les nourrissons et les enfants contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et l’Hæmophilus influenzæ de type b.

Le calendrier de vaccination du Yukon prévoit l’administration du vaccin comme suit :

  • Vaccin combiné DCaT-HB-VPI-Hib à 2, 4 et 6 mois
  • Dose de DCaT-VPI-Hib à 18 mois
  • Après l’administration de la dose à 18 mois, la série primaire est terminée et les enfants sont protégés contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et l’Hæmophilus influenzæ de type b. Après cela, ils doivent recevoir une dose de rappel contre le tétanos quand ils commencent l’école, puis tous les 10 ans.
  • Dose de rappel (DCaT-VPI ou dcaT-VPI) à l’âge de 4 à 6 ans
  • Dose de rappel (dcaT) en 9e année

À l’âge adulte, il convient de recevoir une dose de rappel antitétanique-antidiphtérique tous les dix ans pour rester protégés. Ces doses permettent de maintenir l’immunisation développée durant l’enfance.

Pour être protégé, il faut compléter la série primaire de vaccins, puis recevoir des doses de rappel, à défaut de quoi le système immunitaire ne sera pas en mesure de protéger le corps contre le tétanos. Communiquez avec le centre de santé de votre localité pour obtenir un rendez-vous ou connaître les heures de consultation sans rendez-vous pour vous faire vacciner.

La plupart des enfants et des adultes n’ont aucune réaction à la vaccination. Certaines personnes peuvent avoir des réactions mineures, qui n’empêchent toutefois pas les activités quotidiennes et disparaissent d’elles-mêmes après deux à trois jours. La réaction la plus courante est une enflure et une rougeur au site d’injection, parfois accompagnées d’une sensibilité accrue. Quelques personnes présentent de la fièvre (1 à 18 enfants vaccinés sur 100), des maux de tête ou des douleurs musculaires. Si la fièvre s’élève à 38,5 °C ou plus, il est possible d’administrer un antipyrétique, comme l’acétaminophène.

Il n’est toutefois pas recommandé de prendre de médicament contre la fièvre, comme l’acétaminophène, avant la vaccination.

En savoir plus sur le tétanos

Une personne qui a été exposée au tétanos peut être traitée au moyen de la prophylaxie antitétanique post-exposition, soit une dose administrée suite à une blessure susceptible de causer le tétanos pour prévenir l’infection. Le traitement dépendra de la dernière dose de rappel du patient, du nombre de doses du vaccin qu’il a reçues, de la nature de sa blessure et de son état de santé actuel.

Seules les personnes qui ont des raisons de croire qu’elles ont été exposées au tétanos peuvent recevoir la prophylaxie antitétanique post-exposition. Très souvent, une personne traite une blessure mineure à la maison, sans même penser aux possibilités d’exposition à la bactérie responsable du tétanos. Voilà pourquoi il est important de se faire vacciner contre le tétanos et de maintenir à jour les doses de rappel.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, les enfants qui ont survécu au tétanos éprouvent des problèmes persistants des fonctions cérébrales, y compris des troubles de la parole et de la mémoire.