Parents

Calendrier de vaccination du Yukon:

www.hss.gov.yk.ca/fr/pdf/HSS_Immunization_Schedule_fr.pdf

Dear Parents, you are being lied to (Chers parents, on vous ment) (blogue « Violent Metaphors »; en anglais) : violentmetaphors.com/2014/03/25/parents-you-are-being-lied-to/

Il existe une appli pour çaCANImmunize a créé une appli gratuite qui vous permet de faire le suivi de vos dossiers de vaccination, de noter vos rendez-vous de vaccination, d’accéder aux calendriers de vaccination, de recevoir des alertes lorsque des éclosions de maladies se produisent dans votre région et de consulter des renseignements reposant sur des données probantes et examinés par des experts concernant la vaccination pour les enfants, les adultes et les voyageurs. https://www.canimmunize.ca/en/home

 

Détruire les mythes sur la vaccination

Le site OnlineNursePractitionerPrograms.com (en anglais) propose des articles, des vidéos et des entrevues sur des sujets pertinents qui s’adressent aux infirmières et infirmiers praticiens. Il rassemble 100 sites parmi les meilleurs fondés sur de véritables données scientifiques en matière de vaccination.

onlinenursepractitionerprograms.com/vaccine-immunization/ (en anglais)

 

Guide des parents sur la vaccination

« Votre bébé mérite la meilleure santé qui soit, et cela inclut une protection contre 13 maladies évitables par la vaccination. Vous protégez la santé de votre enfant non seulement la première fois que vous le faites vacciner, mais chaque fois que vous maintenez tous ses vaccins à jour. Au cours des 50 dernières années, la vaccination a sauvé la vie de plus de nourrissons et d’enfants que toute autre intervention médicale. La vaccination est sûre, simple et… efficace! »

 ̶  Agence de la santé publique du Canada

Guide des parents sur la vaccination

publications.gc.ca/collections/collection_2010/aspc-phac/HP40-38-2009-fra.pdf

Guide canadien d’immunisation de l’Agence de la santé publique du Canada: www.phac-aspc.gc.ca/publicat/cig-gci/index-fra.php

Institut national de santé publique (Québec): www.inspq.qc.ca/

 

Le 28 mars 2012, la lettre au rédacteur en chef ci-après a été publiée dans le Whitehorse Star.

La vaccination a sauvé de nombreuses vies dans le monde.

En tant que professionnels de la santé, nous avons pu constater par nous-mêmes les retombées favorables de la vaccination sur la société, laquelle protège les personnes contre des maladies qui décimaient autrefois les populations.

Lorsqu’on évalue l’innocuité des vaccins, il importe d’en examiner à la fois les risques et les avantages.

Si un vaccin ne présentait aucun avantage, même un seul cas d’effet secondaire grave pour un million de doses ne serait pas justifié.

Cependant, s’il n’y avait pas de vaccins, il y aurait beaucoup plus de cas de maladies, beaucoup plus de complications graves des maladies et davantage de décès.

Les exemples provenant de pays qui ont interrompu ou réduit leurs programmes de vaccination ont illustré ce fait à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Les maladies évitables par la vaccination peuvent entraîner des pneumonies, la surdité, des lésions cérébrales, des troubles cardiaques, la cécité et la paralysie chez les enfants qui ne sont pas protégés.

Au Canada, nous avons la chance d’avoir des vaccins qui protègent les enfants contre des maladies mortelles ou handicapantes qui sévissent encore chaque jour dans le monde entier. Les risques de ne pas se faire vacciner sont beaucoup plus grands que tous les risques liés à la vaccination elle-même.

À l’échelle nationale et internationale, les maladies reviennent rapidement lorsque la couverture vaccinale diminue ou lorsque les personnes n’ont pas reçu les séries complètes de vaccins :

  • Au cours de l’année 2011, lors d’une éclosion de rougeole survenue au Québec, 776 cas ont été rapportés. La majorité de ces 776 cas étaient de jeunes personnes âgées de 10 à 19 ans; dans 1 cas sur 9, la personne a dû être hospitalisée. http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/prob_sante/rougeole/portrait2011.php
  • En 2010, en Saskatchewan, une éclosion de coqueluche est survenue, et plus de 120 cas ont été signalés, touchant principalement des enfants et des adolescents.
    www.gov.sk.ca/news?newsId=c8c4fca4-0dd1-4821-ad34-eda7dfa78398
  • En Californie (États-Unis), 9 154 cas de coqueluche ont été signalés en 2010 – soit le nombre le plus élevé en 52 ans –et 2 937 en 2011. Plusieurs enfants sont décédés durant ces éclosions. https://www.cdph.ca.gov/Programs/CID/DCDC/Pages/Immunization/pertussis.aspx (en anglais)
  • Une épidémie de rubéole a éclaté au Nebraska en 1999. Les 83 cas étaient tous des adultes qui n’avaient pas été vaccinés. La plupart d’entre eux étaient originaires de pays où la vaccination contre la rubéole n’est pas systématique. L’épidémie qui s’était déclarée dans une usine de conditionnement des viandes s’est propagée à l’ensemble de la collectivité; elle a frappé plusieurs femmes enceintes et deux garderies. La rubéole présente le plus de dangers pour les nouveau-nés, qui peuvent être atteints de rubéole congénitale si leur mère contracte l’infection durant sa grossesse. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/rubeole.html
  • En 1994, la diphtérie a entraîné 5 000 décès en Russie après la suspension du système de vaccination organisé. Jusque-là, la Russie (comme le Canada) n’avait recensé que quelques cas de diphtérie chaque année et aucun décès attribuable à cette maladie. Le vaccin contre la diphtérie a commencé à être administré systématiquement au cours des années 1930, mais la diphtérie demeure une maladie grave même aujourd’hui. Environ une personne atteinte de diphtérie sur 10 en meurt encore, même si elle est traitée. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/immunisation/maladies-pouvant-etre-prevenues-vaccination/diphterie.html

Ces exemples démontrent clairement que, à moins qu’une maladie ait été éradiquée, il existe toujours un risque réel qu’une petite éclosion se transforme en véritable épidémie lorsque la majeure partie de la population n’est pas vaccinée.

À ce jour, la seule maladie qui a été totalement supprimée partout dans le monde est la variole.

Certaines maladies, comme le tétanos, sont causées par des bactéries qui vivent naturellement dans le sol. Le risque de contracter une telle maladie ne disparaîtra jamais, c’est pourquoi il est important de poursuivre la vaccination.

Nous croyons que les personnes doivent être informées de la recherche et aborder les questions et les préoccupations liées à la vaccination avec leurs fournisseurs de soins de santé afin de prendre des décisions éclairées.

Sources de renseignements fiables sur la vaccination:

Coalition canadienne pour la sensibilisation et la promotion de la vaccination

 

Dre Sally Macdonald

Médecin hygiéniste en chef par intérim

Lori Strudwick, inf. aut., M.Sc.Inf.

Présidente du Territorial Advisory Committee on Immunization (comité consultatif territorial de vaccination)

Soins infirmiers communautaires

Hazel Booth, inf. aut.

Directrice des services cliniques

Centre de lutte contre les maladies transmissibles du Yukon